Coplan Fait Ecole

Lima, 1972.

Coplan est de retour au Pérou (voir Coplan Se Révolte). Il collabore à un programme Franco-péruvien de formation d’officiers de renseignement. En plus, il est chargé de durcir la protection du centre d’écoutes maritimes de Chosica. Edifié conjointement par la France et le Pérou, le centre récupère par radio les sons captés par des balises immergées en profondeur dans le pacifique au large du Pérou, dans le but d’améliorer l’efficacité des campagnes de pêche du pays,  dont c’est une ressource majeure. Mais le centre, à l’insu des péruviens, remplit aussi des tâches d’ordre militaire.

Et les ennuis commencent. Les élèves officiers péruviens reçoivent dans leur boites aux lettres des formulaires vierges de détection sonore de submersibles, présentés comme provenant du centre de Chosica, avec des commentaires mettant en cause le professionnalisme des français: ils viennent former les péruviens, mais ils ne sont même pas capables de protéger leurs propres installations. Ensuite, des bombes de faible puissance explosent sous les fenêtres des logements de fonction de Coplan et ses collègues formateurs. Il faut inventer des mensonges pour calmer la presse, et les péruviens sont tentés de protéger les trois français. Coplan arrive à les en dissuader, la deuxième partie de sa mission deviendrait très compliquée  avec des gardes du corps à ses basques.

Publicités
Cet article a été publié dans Amérique du Sud, Arme de destruction massive, Technique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s