Une Balle Pour Coplan

Guadeloupe Mars 1971.

Victor Banava a fait toute sa carrière en métropole comme haut fonctionnaire. Il est revenu sur son île natale comme candidat à la mairie de Pointe-à-pitre à la tête d’une liste pro-gouvernementale.

Il a déjà reçu plusieurs lettres de menaces de mort. Paris, alerté, envoie Francis Coplan assurer sa sécurité sur place. Le jour de l’arrivée de Coplan, Banava vient tout juste d’échapper à un attentat. Chaque nouvelle lettre de menaces le déstabilise un peu plus.

Coplan gère la situation de manière classique: conseils à Banava pour compliquer la tâche d’assassins potentiels, enquête sur ses adversaires privés ou politiques. Puis finalement il exige du vieux, son chef direct à Paris, d’en savoir un peu plus sur la vie privée du politicien, la documentation fournie étant tout particulièrement muette sur cet aspect.

Publicités
Cet article a été publié dans Antilles, Politique, Technique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s