Coplan Revient De Loin.

Paris, Janvier 1967.

Monique Fallain, 24 ans, signe son contrat d’engagement au Sdec. Pour six mois, malgré les réticences de la commission de sélection, le vieux a validé son engagement, et Coplan, qui a été désigné pour tutorer ses débuts, aussi.

Sa première mission: entrer dans le cercle rapproché d’un ancien haut fonctionnaire, Antoine Koniatis, qui s’est converti dans le commerce des métaux stratégiques, et aurait accumulé une fortune considérable. La rencontre fortuite a été organisée dans le bar parisien où Koniatis a ses habitudes en fin de journée: le Konarak. Tout se passe admirablement bien: Koniatis, lui aussi, est charmé par l’humour incisif de Monique. La soirée se termine dans son lit.

Monique devient sa maitresse, puis sa secrétaire particulière qui l’accompagne dans tous ses déplacements. Il est en train de monter une grosse affaire entre l’Allemagne de l’Ouest d’une part et l’Allemagne de l’Est et la Yougoslavie d’autre part. Après plusieurs contacts en Europe, c’est en Uruguay, à Punta del Este que l’affaire devrait se conclure. Si tout va bien.

Publicités
Cet article a été publié dans Amérique du Sud, Europe orientale, France métropolitaine, Matériau stratégique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s