Coplan Fait Peau Neuve

New Delhi, Tokyo, Printemps 1965.

Kattenhorst est mort. Fini, nettoyé, l’ancien officier de l’Abwehr. Francis l’avait rencontré la première fois quand il avait 16 ans, dans la résistance, en France. Leurs routes s’étaient à nouveau croisées plus tard car tous les deux faisaient du renseignement. A chaque fois l’un des deux s’était félicité des manières de gentleman de l’autre. Kattenhorst était né en 1901, Coplan en 1926.

Coplan l’avait revu la semaine dernière à New Delhi. Kattenhorst voulait lui annoncer deux choses: il se sentait menacé, mais n’ avait plus envie de vivre. Et qu’il comptait léguer tous ses biens à Coplan Francis, Jean, Gaston, la seule personne qui lui ait inspiré de l’affection.

En rentrant à Paris, Francis se fait copieusement engueuler par son directeur pour avoir quitter Paris sans prévenir. Comme sanction, il travaillera une semaine aux archives, sous les ordres de Mairesse. Francis va en profiter pour décortiquer le dossier de Kattenhorst qu’il avait capturé il y a quelques années. Par le truchement du Vieux , il veut savoir pourquoi le gouvernement indien l’a limogé brutalement, malgré les services éminents qu’il a rendu à la direction de la sécurité indienne.

C’est à la demande d’Israel que Kattenhorst a été limogé. Identifié comme Ludwig Schlacht, qui s’est livré à des crimes de guerre en Pologne et en Ukraine. C’est une association d’anciens déportés basée en Italie, la section Rache, qui a monté le dossier d’accusation.

Coplan se rend de nouveau à New Delhi (cette fois il  a la permission du Vieux) pour questionner le notaire. Comment Kattenhorst a été assassiné, pourquoi l’héritage est bloqué, etc … Il va devoir présenter un alibi pour le jour du meurtre, puisqu’il en est le premier bénéficiaire. Toutefois une certaine Elise Schlacht,  qui se prétend la nièce de Kattenhorst, surgit à point nommé et prétend récupérer l’héritage, quelques 552000 livres sterling 1965 (environ 8 millions de livres soit  9 millions d’euros 2017 !).

Après une première rencontre à Delhi, Francis s’embarque pour une enquête au Japon sur cette mystérieuse nièce qui n’a jamais mis les pieds chez son oncle et sur son curieux avocat. Il se débarrasse in extrémis d’un porte-documents piégé placé à bord de son vol Panam qui l’emmène à Tokyo, ensuite il échappe à la noyade dans un taxi qui plonge portières bloquées dans la baie de la mégalopole nippone. Coplan éliminé, cette demoiselle Schlacht hériterait de tout. Coincidences ?

Premier Ouvrage dans la nouvelle présentation : Paul Kenny en noir sur fond blanc avec en filigrane gris clair « fleuve noir » avec dessous une illustration de Michel Gourdon en niveaux de gris, barrée du mot espionnage rouge en haut à gauche.

Publicités
Cet article a été publié dans Asie du Sud-Est, Europe Occidentale, Orient, Technique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s