FX18 Prend Parti

Athènes, Hiver 1971.

Dénoncé par un complice, Yorgo Angyras a été arr^été par la police grecque. Il est torturé dans l’école polytechnique d’Athenes. Il finit par donner le nom de son chef de réseau, l’avocat Spiros Vorréou.

Vorréou vient de remettre à Katina, la femme d’Angyras une cassette audio à acheminer jusqu’à un sympathisant de Paris, Touderos. Elle se rend chez Michel Revert, un ami français résident à Athenes, qui, sans connaitre le détail de l’affaire accepte de se charger de cette tâche.

C’est finalement Francis Coplan, venu de Paris remonter les bretelles de Revert, qui rentre à Paris remettre la cassette à Touderos, tout en initiant sue surveillance de Touderos par la DST.

Quand Coplan apprend que Touderos a fait un aller-retour éclair à Copenhague, il faits sa valise et se rend directement à l’adresse désignée par son collègue de la DST.

Un sex-shop.

 

Publicités
Publié dans Europe du Sud, Politique, Technique | Laisser un commentaire

La Pitié De Coplan

Rio de Janeiro, Novembre 1970.

Des membres étrangers du Front Populaire de Libération Nationale du Brésil prennent d’assaut le siège clandestin de la CIA à Rio, la société Interamerica Inquiry Office: algérien, portugais, italien, coréens et 2 français, Nicole et Philippe. L’opération n’a pu être empêchée par la police brésilienne, qui les surveille depuis leur arrivée au Brésil, renseignée par des informateurs à la Havane, centre de formation de l’OLAS (Organisation Latino Américaine de Solidarité) qui fédère les organisations de lutte armée d’extrème gauche en Amérique latine.

Coplan débarque à Rio pour sortir Nicole de ce guêpier. C’est la fille d’une connaissance du Vieux. Le Sdec a été prévenu par le résident du Sdec à Rio, qui est justement le chef de la section de Police en charge du groupe d’extrême-gauche.

Les américains, renseignés par un indicateur félon de la police brésilienne, prennent d’assaut une réunion clandestine du groupe pour venger leurs trois agents tués à l’Interamerica Inquiry Office, mais c’est un échec, et en plus les Brésiliens sont furieux.

Publié dans Amérique du Sud, Politique, Société, Technique | Laisser un commentaire

Coplan Traque Le Renard

Moscou, Juillet 1970.

 

 

 

 

 

Une call-girl s’écrase sur la perspective Koutouzov, défenestrée depuis l’appartement d’un français, Luc Sevran, qui est embarqué par la police russe. C’est un diplomate belge, hébergé dans le même immeuble pour étrangers, qui prévient l’ambassade de France à Moscou.

Coplan part sur les traces de ce parfait inconnu, et savoir ce qu’il faisait à Moscou, traité par les russes comme un diplomate. Après un passage à Zurich, il poursuit sa course à Hong-Kong où Sevran s’est fait livrer des machines bureautiques de codage-décodage. Coplan se fait d’ailleurs la réflexion que le Vieux, à Paris est bien trop pingre pour acheter ce genre de matériel, il préfère les méthodes à l’ancienne.

Arrivé à Hong-Kong, Coplan sollicite rapidement l’assistance de l’organisation bouddhiste avec il avait eu affaire dans le passé:  Tous Contre Coplan

Publié dans Asie du Sud-Est, Politique, Société, Technique | Laisser un commentaire

Coplan Fait Des Ravages

Tournais, Juillet 1970.

Les services de sécurité belges ont identifié une filière de transmission de secrets militaires de l’OTAN. Au lieu d’arrêter tous les protagonistes, on décide en haut lieu de perturber la filière. On subtilise une livraison entre deux échelons de la filière tout en discréditant le convoyeur vis à vis de son organisation.

Il est retrouvé pendu. Les écoutes téléphoniques des autres protagonistes identifiés situe un certain hugo dans une respectable pension de famille de Bruxelles. Parmi les résidents, c’est le profil de la jolie Erika Lender qui attire l’attention des services de renseignements. Coplan entame les travaux d’approche …

Publié dans Europe Occidentale, Politique, Société, Technique | Laisser un commentaire

Des Sueurs Pour Coplan

Abidjan, 1970.

Un citoyen canadien meurt empoisonné, un allemand a totalement perdu la mémoire et sans doute la raison, un hollandais est mort dans sa chambre d’hôtel victime d’une explosion sans traces d’explosif, enfin un citoyen français a disparu.

Cette série d’ évènements dont sont victimes ces hommes d’affaires en prospection en Côte d’Ivoire inquiètent les autorités qui demandent l’assistance technique de la France.

Coplan débarque à Abidjan et entame son enquête du côté du disparu pour lequel on peut théoriquement garder espoir. Coplan fait la connaissance de la volcanique Sabine Mercier, maitresse du disparu (avec femme et enfants en France). Il rencontre ensuite Bob, Patrick et … Arlette.

Publié dans Afrique noire, Société, Technique | Laisser un commentaire

FX18 Change De Piste

Dahomey, Mars 1970.

C’est la troisième fois qu’une lettre anonyme annonce une livraison d’armes à Porto Novo. Cette fois c’est au capitaine Bamaké qu’est déléguée la supervision des opérations: intercepter de nuit une 404 jaune immatricukée 1025A14 sur la route de Porto Novo. Le chef de service, le capitaine Malogo n’y croit pas trop après les deux echecs précédents.

Sur les conseils de Louis Lourson, un ami de son cousin Kokéné, Banaké met en place un dispositif renforcé. Cette fois-ci, la 404 est détectée et tente de passer le barrage. La voiture est arrêtée in-extremis mais son conducteur est tué. Tous les numéros de série ont été effacés sur les armes de contrebande comme sur la voiture.

A Porto-novo, l’ancien instituteur a la retraite retrouvé mort pourrait bien être l’auteur des lettres anonymes, et son gendre l’un des conjurés. Le ministre de l’intérieur du Dahomey, très inquiet, fait appel à la France. Coplan débarque au Dahomey.

Publié dans Afrique noire, Politique, Technique | Laisser un commentaire

La Nuit De Coplan

1970, Vol Air-France New-York-Paris.

Dans la cabine 2  de l’avion se déroulent des débordements sexuels: tous les passagers sont victimes d’une fièvre sexuelle inextinguible. Après s’être bien défoulés, ils et elles sombrent dans la torpeur. A l’arrivée à Orly, les passagers sont retenus une partie de la journée dans l’avion d’abord, dans un salon de l’aérogare ensuite, pour les besoins de l’enquête menée d’abord par le commissaire Germain, puis par le commissaire Tourain de la DST, une fois le caractère criminel démontré.

Un produit chimique, contenu dans une bouteille de Cutty Sark, s’est évaporé dans la cabine et a déclenché le délire collectif. Les soupçons se concentrent sur Eric Winters, fonctionnaire américain, qui semble être le premier à avoir eu une attitude équivoque vis à vis d’une hôtesse de la compagnie.

Coplan débarque à Vienne où Winters a abouti: il est partie prenante dans les entretiens Salt1 (Strategic Arms Limitation Talks): russes et américains entament des pourparlers pour tenter de réduire le volume d’armes de destruction massive.

Plus tard, un agent de sécurité de l’ambassade américaine vient chercher Winters à son hotel (le même que Coplan) pour le ramener d’urgence à l’ambassade. Francis colle un « bavard » (emetteur radio ultra plat) sur la vitre d’une dodge garée devant l’hotel et munie d’un macaron diplomatique. Il ne s’est pas trompé, puis entame à distance la filature en Fiat 125.

Publié dans Arme de destruction massive, Europe Centrale, Politique, Technique | Laisser un commentaire