Reseau Apocalypse

Paris, Décembre 1978.

Bela Mogos a touché des subsides de toutes parts: L’Oeuvre Catholique d’Aide aux Réfugiés, le Bureau d’Assistance du Parti Socialiste, le YMCA, la paroisse de La Madeline à Paris, l’Assistance Publique de Paris. Il a eu une liaison avec une certaine Julia Gigand, à Colombes, et une certaine Jozefa Radany, serveuse dans un café à Paris.

Toutes ces informations ont été réunies lors d’enquêtes successives car on soupçonne Morgos d’être tour à tour proxénète, espion, agent provocateur. Le dernier enquêteur, Marbon, mandaté par le Sdec, a été retrouvé mort dans une décharge publique. En préparation de la prochaine visite en France du président hongrois, les services de sécurité hongrois demande l’éloignement de Paris de divers activistes hongrois, et tout particulièrement de ce Béla Morgos.

C’est Francis Coplan qui hérite de l’affaire: livrer Morgos  à la Hongrie, où démontrer qu’il n’est plus en France. Avec en attendant la suspension de la signature de contrats commerciaux à la clé. Assisté d’André Fondane, Coplan aborde l’affaire par deux cotés: reprendre l’affaire là où Marbon  a échoué, sans subir le même sort, et se renseigner sur Morgos via un indicateur de la DST, très au fait des secrets de la communauté hongroise en France.

Publié dans France métropolitaine, Politique, Technique | Laisser un commentaire

Le Piège De Mandalay

Birmanie, 1978.

A Moscou, des négociations commerciales franco-soviétiques viennent de se conclure par une série de protocoles d’accords concernant notamment la fourniture par la France  à l’URSS de méthaniers et d’une centrale de liquéfaction de gaz. Toutefois, Victor Mazurov, chef de la délégation soviétique, prévient Jacques Reynon son homologue français: les protocoles ne seront pas ratifiés tant que la France sabotera les relations entre l’URSS et la Birmanie.

C’est ensuite au tour de Monsieur Pascal, directeur du Sdec, alias le Vieux, de se faire sermonner par le ministre de la défense à Paris: les basses manoeuvres du Sdec vont faire perdre des milliards à la France.

Le cargo soviétique Kurgan, transporte des armes et munitions pour l’armée Birmane. Il est torpillé sur le fleuve Rangoon avant d’avoir pu livrer son chargement dans la région de Mandalay. De nombreux marins soviétiques et militaires Birmans d’escorte sont tués dans l’attaque.

C’est dans ce contexte que Francis Coplan débarque  à Rangoon, capitale de la Birmanie. Il est accueilli par Quentin Privaux, correspondant du Sdec pour la Birmanie.

Publié dans Asie du Sud-Est, Politique, Technique | Laisser un commentaire

Vertiges De La Peur

Paris, Aout 1978.

Christian Mergin, modeste fonctionnaire parisien dans un service d’archives administratives, fournit contre de l’argent des renseignements à Jean-Paul Wagner, officiellement courtier en vins à Strasbourg. Cela lui permet de maintenir sa relation avec Nicole Bonnel, courtière parisienne en oeuvres d’art, qui habite sur le même palier que Wagner. Jean-Paul et Nicole, en fait, se connaissent depuis leur tendre enfance  à Strasbourg.

La DST sait tout cela et pourrait les arrêter, mais poussé par Francis Coplan, le commissaire Tourain accepte de semer la panique dans cette fine équipe pour identifier leurs commanditaires à l’étranger, vraisemblablement au profit de l’union soviétique. Mergin est suivi assez ostensiblement, on lui rend visite pour le questionner sur Nicole. Paniqué, Mergin va voir Wagner, qui doit le calmer, et qui part précipitamment à Strasbourg rencontrer un certain Michel Bader, ingénieur électronicien affecté au service des traductions simultanées du conseil de l’Europe à Strasbourg. C’est la DST de Strasbourg qui prend le relais sur place pour surveiller de près ce nouveau quidam, et compléter si possible l’organigramme de leur organisation.

Coplan, malgré les commentaires sarcastiques de Tourain, mysogine à ses heures, entreprend une relation avec Nicole Bonnel. Il n’hésite pas à envisager à titre personnel l’achat d’une tableau de Bernard Buffet, pour lequel Nicole est intermédiaire. Wagner envisage de le recruter comme informateur, la couverture standard de Coplan est d’être ingénieur commercial  pour la Cophysic, fabriquant exportateur de matériel de mesure pour le pétrole et le nucléaire.

Christian Mergin a été découvert suicidé chez lui. Coplan se rend  à l’institut médico-légal, accompagné du docteur Morelle, médecin rattaché au labo médical et scientifique du Sdec. Récemment, un dissident de l’Est est mort empoisonné à Londres, piqué par la pointe d’un parapluie.

Publié dans France métropolitaine, Politique, Technique | Laisser un commentaire