Coplan Paie Le Cercueil

Turquie, Suisse, Aout 1965.

Jacqueline Saroghu est agent de liaison pour le réseau du Sdec en Turquie. Son chef est Hadal Mascar. C’est elle que le hasard a désigné comme contact privilégié de Dave Wester, agent de la CIA, qui vient de faire une offre de renseignement au services spéciaux français. Après un premier contact à Istanbul, elle fait part de son malaise vis à vis de Wester.

Avant son deuxième contact, ell doit aller à Rome réceptionner des directives ultra secretes destinées aux réseaux du moyen-orient (Libran,Syrie,Jordanie, etc…) qui ne peuvent pas être confiées à la valise diplomatique. Dans la fouléee, elle remet les missives destinées au Liban à un correspondant à Beyrouth, il lui reste les missives de Syrie et Jordanie.

Le 19 Aout, elle rencontre à nouveau Wester, cette fois-ci à Ankara. Puisque la France est preneuse, il livrera ses renseignements en Belgique, et uniquement à Jacqueline, le 26 ou le 27 Aout.

C’est sous le nom de Juliette Serval qu’elle débarque à Bruxelles. On va lui remettre les fonds destinés à payer les renseignements de Wester. Le 28 Aout, ce dernier donne le lieu de rendez-vous: la crypte d’n ancien couvent à Zichem. Là, Dave propose à Jacqueline de refaire sa vie en Afrique du Sud. Jacqueline refuse.

Son cadavre va être restitué par la CIA. C’est Francis Coplan qui est chargé de l’affaire:

  • reconnaitre le corps sous couverture d’un cousin éloigné de Jacqueline, qui était d’origine française
  • convaincre le mari turc de Jacqueline de ne pas faire d’histoires parce que sa femme est morte assassinée par balles en Belgique sous le nom de Juliette Serval
  • retrouver coûte que coûte les missives ultra-secrêtes dont le contenu est explosif : enquête qui va le mener en Turquie bien sûr, mais aussi à Zurich où Jacqueline semblait avoir des attaches secrêtes.

Sur la fiche de Jacqueline Saroghu, il était écrit: « ne pas mettre en équipe avec Francis Coplan ». Le Vieux craignait que le rapprochement de ces deux-là ne fasse des étincelles. Tous les hommes qu’elle a ensorcelé (ou épousé !) sont unanimes sur son aura exceptionnelle.

Yves Boisset s’est librement inspiré de « Coplan Paie Le Cercueil » pour écrire le scénario de son film « Coplan Sauve Sa Peau » (1967)

Publié dans Europe orientale, Moyen-orient, Société, Technique | 1 commentaire

Coplan Coupe Les Ponts

Tanger, Début Aout 1965.

Francis Coplan passe une audition à Tanger. Le jury: Mister James Brown, citoyen américain, Conchita et Juan Gandaras, citoyens méxicains. L’objectif est de savoir si Freddy Cousteix (c’est l’identité provisoire de Coplan), citoyen suisse, serait à même d’organiser un coup d’état dans un pays d’Afrique. Un nouveau rendez-vous est pris en Belgique cette fois.

A Ostende, Coplan-Cousteix rencontre les commanditaires du coup d’état: deux ghanéens, dont l’un, Victor Kissuah, a déjà tenté de renverser une fois le président du Ghana. Kissuah dresse les grandes lignes du complot sans trop entrer dans les détails. Surtout qui sont ces alliés qui le financent sans participer. L’objectif annexe étant de contrer les chinois de Pékin qui s’infiltrent en Afrique à partie du Ghana, ancienne colonie britannique.

Coplan est désormais accompagné en permanence par la magnifique Conchita, ou son frère Juan: comment rendre compte à Paris de la situation. Heureusement, Conchita ne souhaite pas se montrer à l’Hotel où Francis vient retirer sa valise. André Fondane, fidèle collaborateur de Coplan, est présent à Ostende et entre discrètement dans sa chambre d’hotel dès son retour.

Coplan va toucher une partie de ses honoraires payés d’avance en Suisse à Bale. Il se débarrasse de la surveillance et se rend chez le couple Faldis, correspondants du Vieux en Suisse, où il apprend que le Vieux a prévenu Londres de l’imminence d’un coup d’état mené par Victor Kissuah. Coplan doit continuer le jeu sur ce terrain miné jusqu’à ce qu’il découvre qui finance Kissuah.

Il faudra lire la suite de « Coplan Coupe Les Ponts » pour découvrir Coplan grimé en soldat noir faire le coup de feu en ville, et découvrir les surprenants alliés de Kissuah.

Publié dans Afrique noire, Présentation, Définitions, Société, Technique | Laisser un commentaire

Coplan Fait Peau Neuve

New Delhi, Tokyo, Printemps 1965.

Kattenhorst est mort. Fini, nettoyé, l’ancien officier de l’Abwehr. Francis l’avait rencontré la première fois quand il avait 16 ans, dans la résistance, en France. Leurs routes s’étaient à nouveau croisées plus tard car tous les deux faisaient du renseignement. A chaque fois l’un des deux s’était félicité des manières de gentleman de l’autre. Kattenhorst était né en 1901, Coplan en 1926.

Coplan l’avait revu la semaine dernière à New Delhi. Kattenhorst voulait lui annoncer deux choses: il se sentait menacé, mais n’ avait plus envie de vivre. Et qu’il comptait léguer tous ses biens à Coplan Francis, Jean, Gaston, la seule personne qui lui ait inspiré de l’affection.

En rentrant à Paris, Francis se fait copieusement engueuler par son directeur pour avoir quitter Paris sans prévenir. Comme sanction, il travaillera une semaine aux archives, sous les ordres de Mairesse. Francis va en profiter pour décortiquer le dossier de Kattenhorst qu’il avait capturé il y a quelques années. Par le truchement du Vieux , il veut savoir pourquoi le gouvernement indien l’a limogé brutalement, malgré les services éminents qu’il a rendu à la direction de la sécurité indienne.

C’est à la demande d’Israel que Kattenhorst a été limogé. Identifié comme Ludwig Schlacht, qui s’est livré à des crimes de guerre en Pologne et en Ukraine. C’est une association d’anciens déportés basée en Italie, la section Rache, qui a monté le dossier d’accusation.

Coplan se rend de nouveau à New Delhi (cette fois il  a la permission du Vieux) pour questionner le notaire. Comment Kattenhorst a été assassiné, pourquoi l’héritage est bloqué, etc … Il va devoir présenter un alibi pour le jour du meurtre, puisqu’il en est le premier bénéficiaire. Toutefois une certaine Elise Schlacht,  qui se prétend la nièce de Kattenhorst, surgit à point nommé et prétend récupérer l’héritage, quelques 552000 livres sterling 1965 (environ 8 millions de livres soit  9 millions d’euros 2017 !).

Après une première rencontre à Delhi, Francis s’embarque pour une enquête au Japon sur cette mystérieuse nièce qui n’a jamais mis les pieds chez son oncle et sur son curieux avocat. Il se débarrasse in extrémis d’un porte-documents piégé placé à bord de son vol Panam qui l’emmène à Tokyo, ensuite il échappe à la noyade dans un taxi qui plonge portières bloquées dans la baie de la mégalopole nippone. Coplan éliminé, cette demoiselle Schlacht hériterait de tout. Coincidences ?

Premier Ouvrage dans la nouvelle présentation : Paul Kenny en noir sur fond blanc avec en filigrane gris clair « fleuve noir » avec dessous une illustration de Michel Gourdon en niveaux de gris, barrée du mot espionnage rouge en haut à gauche.

Publié dans Asie du Sud-Est, Europe Occidentale, Orient, Technique | Laisser un commentaire

Pas De Miracle Pour l’Espion

Pas De Miracle Pour LEspion2Pas De Miracle Pour LEspion4

Paris, 1965.

Suite à une dénonciation, la police investit le domicile de Vicky Vinial. Mais l’oiseau n’est plus dans le nid: il a été prévenu par Pierre Milenka. Il va se réfugier chez une dénommée Juliette Rigard 167 bis rue de Montmartre. Malgré les consignes il ressort pour aller chez Milenka. Il est repris en filature par l’équipe de Coplan (André Fondane et Suzy Lorelli). Cette fois-ci Coplan a pris les devants, il a placé son équipe autour du domicile de Vinial avant que la DST n’intervienne: il y a une taupe qui travaille pour Milenka.

Vinial les mène donc à la planque de Milenka, qui n’y est pas. Vicky sait comment entrer et se planque en attendant. Milenka rentre avec Maria Zender, la fiancée de Vicky. Vicky planqué comprend que Maria s’est fichu de lui depuis le début. Il intervient au moment où Maria et Pierre sont terrassés par le plaisir. Les deux succombent sous les coups de Vinial, avant que Francis Coplan n’intervienne.

Coplan et Tourain de DST, d’un commun accord, gardent l’affaire secrete: les deux corps seront conservées à la morgue en cas de besoin, Vinial est mis au secret dans une gentilhommière de la vallée de Chevreuse appartenant au Sdec, surnommée « la belote » par les camarades du service. En exploitant toutes les informations recueillies, Coplan décide d’aller à Rome avec Vinial rendre visite à l’abbé  Travelli, un membre présumé important du réseau Milenka.

Travelli n’est pas chez lui, mais surgit pistolet au poing le père Opdebeeck, que Coplan a déjà rencontré par le passé: il fait partie du service de renseignement du Vatican. Coplan et Opdebeeck échangent leurs informations respectives. Ils conviennent que Coplan ira en Pologne à Gdansk avec Vinial chez l’abbé Prakila, en utilisant les services d’un réseau de passeurs au service du Vatican.

A Gdansk, chez Prakila, Coplan et Vinial tombent sur trois agents russes. A l’issue de la bagarre Coplan est le seul survivant.

Publié dans Europe Occidentale, Europe orientale, Technique | Laisser un commentaire

Tous Contre Coplan

Paris, Janvier 1965.

Une délégation économique de Chine populaire va regagner Pékin.
In Extrémis sur dénonciation anonyme, on intercepte l’ingénieur naval Tang Lien Chi qui transporte dans son porte-documents les schémas de l’équipement électronique de l’avion de ligne français « caravelle », la partie électronique restant sous brevet américain. Les schémas récupérés, on laisse partir le chinois.

Coplan est chargé de se rendre à Pékin, officiellement pour présenter les excuses du  gouvernement français à Tang Lien Chi, officieusement pour essayer de démèler les fils de cette manoeuvre d’intoxication.

A Pékin, Coplan apprend que Tang Lien Chi ne s’est séparé de sa serviette que lors d’une soirée chez Lassere. Où il y avait 3 chinois extérieurs à la délégation. L’étudiant qui était censé recevoir les plans de la caravelle a été asssassiné, ce sont des inspecteurs de la sureté chinoise (police du peuple) qui le lui apprennent. Depuis Paris, seul Lu Peng Yun est retourné dans le vestiaire de Lasserre pendant le repas où Tang Lien Chi s’était séparé de sa serviette. Depuis Paris toujours, le Vieux charge Francis de « contacter » Lu Peng Yun à Hong Kong à la bank Of China où il est employé.

Trajet jusqu’à Canton en avion, puis par train jusqu’au rideau de bambou des New Territories, sur le continent en face de l’Ile de  Hong-Kong.

Francis monte un scénario pour compromettre Lu Peng Yun vis à vis de Pékin dont il est salarié, mais potentiellement adversaire. Il le filmera en train d’assister à une pièce de théatre d’un genre très particulier, dans une villa louée pour l’occasion, au frais du contribuable français. Mais cela ne se passe pas comme Francis l’avait prévu. Il va s’opposer à la brigade criminelle britannique de Hong-Kong, aux services spéciaux de Pékin, à des agents de la CIA, et à une mystérieuse organisation.

MAJ 24/06/2017: Divers

 

Publié dans Asie du Sud-Est, Société, Technique | Laisser un commentaire

Coplan Frappe A La Tete

Londres, 12 Janvier 1965.

Pierre Valdagne-Haumont, vient rencontrer à Londres une relation d’affaires, Sir Edwin Dellington. Il finit la soirée chez une call girl recommandée par Peter, le chauffeur de Sir Dellington: Helen Westwood.

Elle est retrouvée morte le samedi suivant par sa femme de ménage. La police retrouve la carte de visite de Valdagne sous un oreiller. Le Sdec est convié à participer à l’enquête, au vu de la personnalité de Valdagne-Haumont. Coplan débarque donc à Londres, et se fait accompagner par la brigade criminelle britannique au domicile Westwood. Il parcourt l’appartement sous l’angle renseignement et trouve rapidement un appareil photo camouflé en lampe-torche.. Miss Westwood prenait en photos tous les documents de ses clients, pourvu qu’ils présentent un quelconque intéret. Faute d’éléments supplémentaires, les britanniques mettent l’affaire en suspens.

A Paris, la stratosphère, échaudée par le scandale qui aurait pu résulter de cette affaire, colle Coplan aux cotés de Valdagne-Haumont, pour les trois mois à venir, « à tout hasard ». Coplan va être immergé dans le monde de la finance de ce milieu des années 60. Première sortie à Beyrouth, puis à Istanbul, où les événements vont se précipiter.

Publié dans Europe Occidentale, Moyen-orient, Pétrole, Technique | Laisser un commentaire

Ordres Secrets Pour FX18

Bangkok,1965.

Coplan débarque à Bangkok sous couvert de délégué français de l’ECAFE, une agence de l’ONU. Il simule des agressions contre plusieurs agents du réseau français en Thailande. Le contre-espionnage Thailandais, supervisé par la CIA, est assez décontenancé: qui agresse ce réseau français dument répertorié et en passe d’être démantelé ? Les principaux agents du réseau sont exfiltrés et le traitre abattu, au nez et à la barbe des agents de la CIA qui avaient pris le relais des thailandais.

Coplan passe maintenant à la deuxième phase de sa mission.Assisté d’agents du deuxième réseau français en Thailande,, spécialement détachés à son service, il veut savoir pourquoi les américains sont si acharnés à démanteler les réseaux français, anglais, chinois ou russes. Il est assisté dans cette mission par l’agent Ciment, ancien gorille du général de Gaulle, officiellement Pascal Leblois, importateur de tabac et de coton.

Il se rend donc à Udon Thani, où semblent se passer de drôles de choses. Dès la première nuit sur place, il constate le passage de deux Argozy US à l’aéroport.

Pendant la nuit, ils ont été chargés chacun de 12 tonnes de barils 70×35 cm environ, manipulés sans précaution particulière. Que manigancent donc les américains à la frontière avec le Laos ?

MAJ 05/06/2017: Divers

Publié dans Arme de destruction massive, Asie du Sud-Est, Technique | Laisser un commentaire